EXPO


 


À LA VILLETTE, la Cité des sciences présente l'art informatisé

CALCULE-MOI UN DESSIN

 

 


 


La féerie d'un logiciel  de création de Michel Bret.


Images de synthèse, images numériques, images cal­culées par ordinateur ; elles envahissent notre vie quotidienne. A notre insu, sans doute. La publicité, les jeux vidéo, les génériques de télé­vision, ce sont elles. Déjà, leurs applications dans les domaines scientifiques et tech­niques sont illimitées.

La Cité des sciences et de l'industrie, à La Villette, à Paris, championne toutes caté­gories dans le domaine de la vulgarisation scientifique intel­ligente, présente sur ce sujet une passionnante exposition intitulée Images calculées. Pour la première fois, le grand public découvre toutes les per­formances de cette impres­sionnante imagerie électro­nique. De fait, son industrie mondiale est en plein essor, avec une croissance de 35 à 40 % par an.

Première partie : fa classe, Premier exemple « parlant » d'une image calculée : le géné­rique du journal télévisé de TF1. Sur une série d'écrans-vidéo, on nous « décortique » le logo tel que nous le connais­sons tous. Successivement sans éclairage, sans couleur ni ligne, puis dans son graphisme élémentaire dit « fil de fer ». Sur le dernier écran apparaît le travail compliqué un peu mystérieux de l'opérateur avec son ordinateur bardé de bou­tons, en train de « fabriquer » son fmage.

Deuxième partie : râtelier. C'est à vous de jouer. A partir de micro-ordinateurs, vous fabriquez vous-même votre image de synthèse en trois dimensions. Vous allez « modéliser » puis « visualiser » un avion, par exemple. Délimiter sa surface, son volume, le colo­rier, puis l’éclairer.

Quelques marches, et vous voilà dans la bibliothèque. Très particulière il est vrai, puis­qu'on n'y trouve aucun livre mais des centaines d'images de synthèse stockées dans des ordinateurs et visibles sur des écrans-vidéo. Léonard de Vinci aurait aimé ce grand rendez-vous des images calculées du présent et,., du passé. Car l'image de synthèse a de lointaines origines parmi d'ancestrales inventions : le tissage la géographie, les jeux, rappelés ici dans l'exposition.

En vedette : un globe terrestre à mouvement du XVIII siècle confronté aux images numériques de la te recueillies par satellite.

A quoi peut servir l'image calculée ? Quelles sont ses applications scientifiques et techniques ? C'est le thème la dernière partie de l’exposition, intitulée le jardin. L'image, par sa capacité d’investigation et de simulation calcule. Les exemples abondent, spectaculaires.

UN VRAI-FAUX ACCIDENT

A Montpellier, l’atelier modélisation de l’architecture des plantes, l'AMAP, crée images de synthèse simulant la croissance des plantes cultivées. Une opération utile agronomes et aux botanistes pour mesurer les résultats visibles d'une plantation née dans un lieu déterminé. Ailleurs, le public visualise la simulation d’un accident automobile, ou le travail d’une bielle de voiture utile faire progresser la sécurit véhicules. Et encore ? Voci la pyramide du Louvre construite par Peï, intégrée à son environnement, vue de l’intérieur et de l'extérieur. L'ordinateur spécule à l'infini.. L'intelligence humaine sera-t-elle un jour dépassée ?

AGNES CAZENAVI

 

26 LA VIE N° 2255 - t? NOVEMBRE 1988